Home / Au Volant  / Genesis GV80 : G, comme gentleman utilitaire

Genesis GV80 : G, comme gentleman utilitaire

Genesis-GV80---Couverture

Vous ne connaissez pas le nom Genesis? Je vous dirais que c’est un peu normal. Mais ça ne saurait durer. La réalité, c’est que Genesis, autrefois nom d’un modèle sportif de Hyundai, est devenu une compagnie à part entière. Ici, on vise le luxe, la qualité, le charme et le service. Tout ce que le gentleman en vous met déjà de l’avant. Avec l’arrivée de son premier grand utilitaire sport, Genesis a d’ailleurs mis la barre haute à ce chapitre. Découvrez avec moi le Genesis GV80.

GV : Les VUS de Genesis

Genesis-GV80

Le Genesis GV80
Photo: Genesis Motors Canada

GV, bien sûr, c’est l’utilitaire. Dans la même compagnie, le G seul est associé aux berlines. Vous aurez donc compris que la G80 et le GV80 partagent plus qu’une simple similitude de nom. Elles sont littéralement deux formes légèrement différentes d’un véhicule autrement similaire.

Les deux affichent une allure racée, avec une grille de calandre que l’on ne peut méprendre avec aucune autre. Les deux ont une qualité de finition de haut niveau, et une allure distinctive. Mais l’une est basse et large, l’autre plus haute sur patte. Là essentiellement reposent les différences.

Genesis-G80---Avant

La Genesis G80
Photo: Genesis Motors Canada

Je l’avoue, alors que la G80 datait de quelques années et a subi en 2021 un rafraichissement, c’est le GV80 qui impressionne le plus. Depuis son dévoilement dans les salons l’année dernière, alors que les salons existaient toujours, jusqu’à son apparition sur nos routes, il s’est attiré les critiques les plus élogieuses. Non sans raison, faut-il le préciser.

Genesis GV80 : D’abord, la qualité

Genesis-GV80---Intérieur

L’intérieur du GV80
Photo: Genesis Motors Canada

Le design de Genesis à nul autre comparable. On l’a souligné, la calandre à elle seule suffit à reconnaitre n’importe quel modèle. Mais ce sont les phares, offrant une division horizontale, qui viennent encadrer cette calandre et qui lui impose un regard plus affirmé. La douceur générale de la silhouette est remarquable. D’autant que, soyons honnête, la taille de cet utilitaire n’a rien de totalement discrète.

La partie arrière, arrondie, reprend aussi la signature visuelle des phares, et offre un spectacle qui ne ressemble à aucun autre. Alors que l’on croyait que tous les utilitaires de grande taille devaient se ressembler, voilà que Genesis nous prouve que ce n’est absolument pas nécessaire.

Pus vous ouvrez la portière, et vous vous retrouvez dans un autre mode. La bourgeoisie de l’habitacle, le soin apporté à toutes les composantes et le style quasi aristocratique de l’ensemble surprennent. Difficile, par exemple, de ne pas admirer la molette de changement de vitesse aux rebords métalliques et dessinée comme si elle se composait d’une multitude de diamants.

On ne peut oublier non plus l’immense écran multimédia qui surplombe la console centrale. Et une note tout aussi positive pour cette même console centrale qui réunit des commandes qui sont de véritables bijoux.

Ajoutez à cela un espace plus qu’abondant un peu partout et des sièges confortables et enveloppants (bien que n’offrant la fonction massage que du côté conducteur, au grand désespoir de vos autres passagers), et vous aurez une idée de l’ambiance qui règne à bord de cette cabine.

L’habitacle du Genesis GV80: Pas si facile

Genesis-GV80---Intérieur-Blanc

L’intérieur en couleur blanche du GV80
Photo: Genesis Motors Canada

Tout n’est pas si rose cependant, quand on joue au grand seigneur. La complexité du système multimédia est en soi un obstacle un peu rébarbatif. Il faut se donner le temps d’un apprentissage un peu longuet, et prendre pour acquis qu’une partie de notre attention devra souvent se tourner vers l’écran pour le manipuler.

Même chose pour les passages de vitesse un peu hétéroclites, qui ne sont pas aussi simples qu’on ne pourrait le croire. Mais ce sont de bien petits défauts, dans un environnement où confort, raffinement et silence absolu (car le cockpit jouit d’une insonorisation remarquable) accueillent véritablement les occupants.

Genesis GV80 : Gentleman sur la route

Le GV80 a du charme et du style. Mais il démontre sa véritable personnalité quand il prend la route. Même si le moteur V6 3,5 litres de 375 chevaux et de 390 livres-pied de couple semble imposant, il offre un délai de réponse étonnant en accélération, gracieuseté d’une transmission automatique 10 vitesses un peu lente. Un problème qui pourrait être dérangeant, s’il avait la moindre importance. Car avouons-le, on a envie de passer plus de temps au volant de ce GV80, et de profiter de son exceptionnel confort. Alors les quelques dixièmes perdus en accélération prennent une bien petite importance.

Avouons cependant que l’on doit quelque peut retirer le nom Sport à l’appellation VUS. Dans le cas du Genesis GV80, il n’a pas de grande personnalité sportive. Mais quand, bien installé au volant, massage à fond, je profite de l’exceptionnelle sonorité du système de son et de la douceur agréable de la conduite, je ne pense pas réellement aux accélérations nerveuses.

Une fois à bord, on se laisse porter comme si on roulait sur un nuage, tellement les suspensions parviennent à bien contrôler les difficultés de la route. Ça ne donne absolument aucune sportivité à la conduite, mais un trajet de mon domicile à Québec aller-retour en quelques heures à peine n’a fait souffrir personne.

genesis-G80

La Genesis G80
Photo: Genesis Motors Canada

Le Genesis GV80 (et sa sœur berline la G80 qui dispose des mêmes qualités, et des mêmes défauts) est sans conteste le gentleman par excellence. Charmant, stylé, aristocratique, il vous accueille avec amabilité, vous conduit avec grâce sans jamais montrer ses efforts, et vous fait sentir comme si vous étiez la seule personne importante au monde. Pas mal, pour un VUS dont le coût d’achat de 85 000$ est largement inférieur à la concurrence.

Visitez le site de Genesis Motors Canada ici

Article originalement publié dans le Magazine Gentologie No. 7

Marc Bouchard est un journaliste expérimenté, membre de l’Association des journalistes automobiles du Canada. Depuis plus de deux décennies, il met à l’épreuve annuellement plus d’une centaine de véhicules et parcourt le monde à la recherche d’essais uniques ou pour assister aux grands salons. On le retrouve à la télévision sur l’émission « Virage », un classique du genre. Il contribue à plus d’une douzaine de stations de radio chaque semaine, et s’exprime aussi dans différents journaux. Gentologie vient donc s’ajouter à son palmarès.