Accueil / Art de la table  / Bruichladdich : le secret de l’Islay

Bruichladdich : le secret de l’Islay

Bruichladdich---Couverture

Vous vous souvenez peut-être d’un article de notre collaborateur, M. Jean-Daniel Perron, où il nous faisait découvrir différents gins, dont le Botanist. Ce dernier est un produit de la distillerie Bruichladdich, située à l’extrémité sud-ouest de l’île éloignée des hébridènes d’Islay, où ils distillent, en plus du single malt du même nom et du gin mentionné plus haut, les whiskys Port Charlotte et Octomore. J’en ai discuté avec Tyler Fairfield, ambassadeur chez Rémy Martin, groupe propriétaire de la distillerie depuis 2012, afin d’en savoir plus.  

L’histoire de Bruichladdich

Barils---Bruichladdich

L’histoire de la distillerie Bruichladdich remonte à plus de 100 ans, cette dernière ayant vu le jour en 1881. Le nom Bruichladdich est une anglicisation de Bruthach a’ Chladaich, gaélique écossais pour désigner une colline le long d’une rivière. Les frères entreprenants William et Robert Harvey ont choisi Islay pour construire leur nouvelle distillerie à la pointe de la technologie à l’été 1881. Après une dispute familiale, c’est William qui en prit le contrôle. Dès le départ, Bruichladdich était seule et ce fut une existence en montagnes russes, et à la mort de M. Harvey en 1935, la distillerie a finalement été vendue, entrant dans le monde du whisky d’entreprise.

Après une série de consolidations et de rachats, cette merveilleuse distillerie a finalement été fermée après une décennie de production de whisky à temps partiel. En décembre 2000, elle est redevenue propriété privée lorsque Mark Reynier a réussi à obtenir le financement nécessaire pour acheter et relancer la distillerie.

Délibérément, seuls des capitaux privés ont été levés, un tiers lié à Islay lui-même, et aucune société ni aucun capitaliste autour. Que des investisseurs à long terme triés sur le volet, intrigués par la vision de faire du whisky comme il était, et avec la romance dans leur âme de savoir que ce serait un voyage et non une destination.

L’arrivée de Jim McEwan

Adam-Hannett---Duncan-McGillivray---Jim-McEwan-chez-Bruichladdich

Adam Hannett, le regretté Duncan McGillivray etJim McEwan chez Bruichladdich

C’est dans cet esprit que Jim McEwan, une légende chez Bowmore Distillery, a été embauché comme maître distillateur et directeur de production. Entre janvier et mai 2001, l’ensemble de la distillerie a été démonté et remonté, avec le décor et l’équipement victorien d’origine. Ayant échappé à la modernisation, la plupart des machines des frères Harvey sont toujours utilisées aujourd’hui. Aucun ordinateur n’est utilisé dans la production avec tous les processus contrôlés par des artisans qualifiés triés sur le volet qui transmettent les informations oralement et mesurent largement les progrès à l’aide de jauges et de simples dispositifs de flottaison.

Verre---Bruichladdich

Photo: Bruichladdich

Ces hommes hautement qualifiés sont déterminés à faire du whisky comme on leur a appris : c’est-à-dire à la main, au goût, au nez et à l’œil. Ils ont rejeté le début de l’automatisation et de l’homogénéisation modernes. Ils ne considéreraient que les méthodes de production qui placent la qualité du liquide au-dessus de tout le reste. C’est Adam Hannett qui a pris la relève.

En 2012, Bruichladdich a été rachetée par Rémy-Cointreau, la compagnie était aussi déterminée qu’eux à maintenir cette philosophie indépendante et innovante. Non alignés avec le reste de l’industrie du whisky grand public, ils possèdent une liberté d’expression totale et la latitude de suivre la Muse de la distillerie peut importe où elle les mènera.

Les whiskys

Barils---Entreposage---Bruichladdich

Photo: Bruichladdich

Alors que dans plusieurs distilleries vous retrouvez des whiskys selon l’âge (12, 14 ou 18 ans par exemple), chez Bruichladdich c’est quelque chose de très rare. Les produits sont faits selon les préférences des artisans. Les 3 familles sont très différentes. Le Bruichladdich n’est pas du tout tourbé, du moins par rapport à ce que l’on peut avoir dans l’Islay, le Port Charlotte est un whisky très tourbé fait dans des barils exotiques et pour terminer, Octomore, qui est le summum de la tourbe. Pour votre information, le caractère tourbé des whiskys est mesuré en PPM ou parties de phénol par million. Plus le chiffre est élevé plus la tourbe est présente.

Bruichladdich

Bruichladdich---The-Classic-Laddie---Bouteille

Photo: Bruichladdich

La gamme de whisky Bruichladdich est non tourbée, florale et complexe. Distillée à partir d’orge écossaise à 100 % et utilisant une grande partie de la machinerie victorienne d’origine des frères Harvey, elle emploie des méthodes artisanales inchangées depuis 1881. C’est du whisky naturel, non filtré à froid et sans colorant.

Bruichladdich---Black-Art---Bouteille

Photo: Bruichladdich

Le Black Art. Voici quelque chose de spécial. Plusieurs décennies se sont écoulées depuis que cet esprit non tourbé est sorti de leur alambic victorien éthéré. Les gens qui étaient présents en 1994 n’auraient aucune idée de son destin. Chaque fût choisi a été identifié et entretenu au fil du temps sous la direction de leur Distillateur en Chef. Le tout avec un objectif ultime en tête : capturer une parcelle de temps et d’histoire de la distillerie à un moment précis. Peu de responsabilités sont aussi intimidantes que la composition de cette cuvée. Les distillateurs de moindre importance ne seraient pas disposés à libérer leurs meilleurs fûts de manière totalement inexpliquée, totalement secrète. Et pourtant, ceux qui sont au courant de cette libération alchimique font pleinement confiance aux mains d’Adam. Après plus de huit versions, cette non-responsabilité a été justifiée. Prendrez-vous le risque?

À découvrir sur leur site

Port Charlotte

Port-Charlotte---Bruichladdich

Photo: Bruichladdich

Pour Port Charlotte, un single malt fortement tourbé jusqu’à 40 ppm. Le filet distillé à travers leur grand alambic à col étroit, l’alcool riche et aromatique qui en résulte a toute la puissance de la tourbe avec l’élégance et la finesse qui fait la renommée de leurs alambics.

Leurs spiritueux mûrissent toute leur vie dans les entrepôts du côté du Loch Indaal, à Islay, répondant progressivement à l’air marin et aux changements saisonniers uniques de la côte ouest de l’Écosse. Chaque fût est soigneusement surveillé par son équipe, avant d’être mis en bouteille dans le Harvey Hall, à l’aide de l’eau de source d’Islay.

Le single malt Port Charlotte explore les complexités du whisky naturel, à travers la provenance de l’orge, l’influence du fût et le temps qui passe. C’est la preuve vivante que leurs valeurs sont ancrées dans la provenance, l’authenticité et la transparence.

Un des whiskys les plus recherchés de cette gamme est le MRC : 01. Embouteillé à 59,2 % d’alcool et en nombre limité, le Port Charlotte MRC : 01 2010 est distillé à partir d’orge 100 % écossaise, de la région de l’Invernesshire. Cet alcool doux et fruité a passé du temps dans des fûts de whisky américain de premier remplissage et de second remplissage en fûts de vin français. Ces parties constitutives ont été combinées et élevées pendant une année supplémentaire dans les meilleurs fûts de chênes français de la rive gauche de Bordeaux. Il est interdit de vous dire quels sont ces barils, mais si vous pouvez deviner l’acronyme, vous trouverez. 

À découvrir sur leur site

Octomore

Octomore---Bruichladdich

Photo: Bruichladdich

Chez Octomore, bien qu’il soit très tourbé, c’est un whisky qui, dû à son processus de fabrication, renferme peu le côté médicinal de la palette empyreumatique qui peut déplaire à certain, contrairement à la concurrence. Ce résultat permet d’aller chercher des notes plus profondes et plus intéressantes selon M. Fairfield. Cette branche de single malts défie la sagesse du whisky depuis leur première distillation en 2002. Ils sont parfois embouteillés à 5 ans, toujours très tourbés et résistants au fût. Chaque édition est une incarnation liquide de ce qu’ils appellent «The Impossible Equation».

L’équipe adore remettre en question les idées préconçues sur ce qui constitue un whisky de qualité. Dans chaque nouvelle série de quatre, ils considèrent les éléments qui contribuent à la profondeur et à l’équilibre de chaque goutte de jeunesse. Est-ce l’approvisionnement des matières premières? Est-ce la sélection minutieuse de la qualité et du style du bois? Ou est-ce sous l’influence de la nature; météo, climat, sol? Au final, ce sont des liquides incroyables à chaque fois.      

À découvrir sur leur site

Voilà donc un petit aperçu des 3 gammes de la distillerie Bruichladdich. Vous pouvez en apprendre plus sur la distillerie et l’Islay dans le film « The Water of Life ».

Bruichladdich en SAQ

Bruichladdich en LCBO

Bruichladdich chez BC Liquor

Cet article a été originalement publié dans le magazine Gentologie № 8.

Président, Éditeur et Rédacteur en chef de Gentologie.

Abonnez-vous à l'infolettre de Gentologie

* requis

Débutez l'année avec Gentologie

Pour une année 2024 avec classe !
S'ABONNER