Home / AU VOLANT  / Polestar 2, l’anti-Tesla 100% électrique

Polestar 2, l’anti-Tesla 100% électrique

Polestar-2---Couverture

La marque Polestar, c’est une création en partenariat entre Volvo et Geely. Création qui pourrait bien redevenir totalement scandinave, puisque Volvo tente actuellement de racheter sa part de la compagnie à son partenaire chinois. Pour le moment, elle demeure quand même une compagnie conjointe. Ce qui a notamment permis à l’entreprise de lancer ses premiers modèles, avec un certain succès. Voici son second, la Polestar 2.

Polestar-2---Toit

Photographie: Polestar

On a d’abord pensé à la Polestar 1. Je l’avoue, le responsable de la nomenclature n’a pas fait de grands efforts de poésie. Ce qui n’a pas été le cas des ingénieurs en revanche, puisque la Polestar 1, une hybride branchable, est un modèle de technologie et de modernité. C’est aussi un modèle d’exclusivité, à un prix, 200 000 $, qui lui assure une certaine discrétion. Pas grave, vous diront les spécialistes, elle a été créée en nombre limité de toute façon.

La vraie star de la famille cependant, c’est la toute nouvelle Polestar 2 (quand je vous disais qu’ils ne se sont pas trop fouillés pour les noms…). Cette dernière a aussi l’avantage indéniable, en cette période de crise climatique, d’être 100 % électrique. Et d’être plus abordable, avec une facture de moins de 70 000 $. Évidemment, les amateurs sont plus nombreux.

Polestar-2---Roue

Photographie: Polestar

Clairement, en offrant ce genre de modèle stylé aux capacités techniques évoluées, Polestar vise le leader du moment dans le monde l’électrification, Tesla et son Modèle 3. Ne vous trompez cependant pas, Polestar n’a pas, comme Tesla, proposé une voiture à l’aspect physique si ennuyeux qu’on la croirait inachevée. Au contraire, tout, dans la Polestar 2, n’est que style et raffinement,

Une allure unique pour la Polestar 2

Polestar-2---Capot-+-logo

Photographie: Polestar

Je pourrais bien sûr m’étirer longuement sur la silhouette unique, dont certains éléments rappellent ceux de Volvo. Ce qui serait bien mérité par ailleurs, puisque la 2 a véritablement une allure distinctive. Il suffit de voir les curieux s’amonceler devant la voiture à chacun de ses stationnements pour se rendre compte de l’attraction. Il faut dire que le logo, une étoile polaire comme il se doit, a de quoi titiller les curieux qui ne connaissent pas encore cette nouvelle bannière.

Polestar-2---Intérieur

Photographie: Polestar

On pourrait aussi discuter longuement de l’habitacle épuré, totalement à la scandinave, ce qui n’étonnera personne. Au milieu de la planche de bord, un vaste écran central et son système multifonction géré par Google, facilitant l’interaction des téléphones intelligents. En fait, c’est littéralement un système Android qui se marie totalement avec votre téléphone de même type, créant ainsi une gestion totalement transparente. Système qui permet aussi une interaction sophistiquée avec l’assistant vocal qui n’a d’autres soucis que de répondre à vos commandes. Probablement, je dois dire, un des systèmes multifonctions les plus efficaces à ce jour. On ne peut non plus passer sous silence le souci environnemental de la compagnie, qui a conçu un intérieur réunissant des bouteilles recyclées, des boiseries réutilisées et un tissu unique et écologique. Comme quoi la voiture n’est pas verte que dans son utilisation.

Polestar-2---Audio-par-Harman-Kardon

Photographie: Polestar

L’autonomie et la conduite: deux éléments à retenir

Polestar-2---Devant

Photographie: Polestar

Je dois l’avouer cependant, ce sont deux autres éléments qui ont retenu mon attention. D’une part, l’autonomie. La version d’essai de la Polestar 2 que j’ai conduite, à rouage intégral, affichait une autonomie électrique de 375 kilomètres. Même si le chiffre est intéressant, il est largement en deçà des concurrents. Mais laissez le temps à Polestar : une version plus puissante devrait être offerte bientôt. Autre bon point pour la compagnie : elle est totalement précise dans son évaluation, et définit au kilomètre près votre réelle capacité. Pour quiconque n’aime pas les estimés un peu trop optimistes, cela rassure.

L’autre élément, c’est la conduite. Jamais la lourdeur des batteries ou le raffinement d’une voiture n’ont si peu influencé le dynamisme. Il est vrai que la direction est un peu surassistée, mais la voiture répond au doigt et à l’œil et propose une randonnée qui dépasse largement le simple tour du dimanche, si on le souhaite.

La puissance de la Polestar 2

Polestar-2---Vue-arrière

Photographie: Polestar

Évidemment, on ne s’attardera pas sur la puissance. Comme tous les véhicules électriques, les accélérations sont plus vives que nécessaire la plupart du temps. Ce qui fascine en revanche, c’est le naturel avec lequel la voiture se laisse porter sur les routes, peu importe leurs conditions.

Oui, cela implique un peu de compromis sur la douceur des suspensions, puisqu’on a un peu misé sur le dynamisme. Il faut bien avouer qu’elle procure quand même un grand sourire à son conducteur. Ainsi que bien assez d’espace pour tous les occupants, dont le confort n’est pas handicapé par la présence des batteries dans le plancher.

Prix abordable, conduite inspirée, style raffiné, la Polestar 2, a tout ce qu’il faut pour atteindre ses objectifs. Reste maintenant à savoir si elle pourra calquer son modèle d’affaires sur celui de Tesla, et atteindre les mêmes succès.

Visitez le site en français du Canada de Polestar pour en savoir plus 

Article paru originalement dans le magazine Gentologie No. 8

Trouvez tous les articles de M. Marc Bouchard sur Gentologie en suivant ce lien

Amateur de véhicules électriques? Consultez notre section ou notre article sur le Porsche Taycan

Marc Bouchard est un journaliste expérimenté, membre de l’Association des journalistes automobiles du Canada. Depuis plus de deux décennies, il met à l’épreuve annuellement plus d’une centaine de véhicules et parcourt le monde à la recherche d’essais uniques ou pour assister aux grands salons. On le retrouve à la télévision sur l’émission « Virage », un classique du genre. Il contribue à plus d’une douzaine de stations de radio chaque semaine, et s’exprime aussi dans différents journaux. Gentologie vient donc s’ajouter à son palmarès.